Le secret des grands décorateurs est de savoir rendre intimes de vastes espaces, sans arrêter le regard: l'art de "domestiquer sans réduire".  L'une de leurs bottes secrètes réside dans l'art de créer des séparations. Petite revue de genres...


Beirut1

Dans ce grand living à Beyrouth, le voilage rideau Larsen (au fond) crée une continuité avec les baies vitrées et laisse circuler regard et lumière.


Ci-dessous, les murs servent d'appui à deux cloisons ajourées en vis-à-vis. Cloisons symboliques, esthétiques avant tout. Elles encadrent le grand canapé qui sans cela, serait perdu dans une pièce aussi large.

Image 17

Image 18

Une cloison partielle, vitrée ou non, donne la possibilité d'y associer du mobilier.
En l'absence de vitres, la séparation donnerait un sentiment de lourdeur et d'inachevé.



Separation.jpg

Belle séparation "en miroir" réalisée par FMF Franco Martinello Falegnameria

Extraordinaire idée que d'utiliser - ou de créer un mur discontinu pour mettre en scène le passage d'un espace à un autre comme ci-dessous à l'emplacement d'une ancienne cheminée. 

Image-30.png

 

Les cloisons coulissantes en plexiglas apportent lumière et couleur. Un choix réussi dans cette villa sur la Côte d'Azur.

 

Séparation par le mobilier.

L'art du "zoning" pratiqué par Christian Liaigre dans ce vaste loft new-yorkais: méridiennes par paire et tapis soigneusement disposés créent une séparation invisible et remettent l'espace à échelle humaine, sans nuire aux dimensions fantastiques de la pièce.
murd.583.1.jpg

P05-02-09_15.58.jpg
Ci-contre, une méridienne surmontée de panneaux japonais et adossée à une bibliothèque basse que l'on ne voit pas: cette combinaison allie confort, rangements, double orientation et modularité de la cloison.

 

 

Image-6-copie-6.pngScreen.jpg

 

Poursuivons sur le thème des séparations légères ou mobiles, avec les claustras et les paravents. On cherchera alors la pièce unique apportant plus-value artistique autant que séparation, voire plus encore. Comme avec cet écran vintage signé Olivier Riviere en 1955, galerie Weinberg Modern à New-York. Ci-dessus, cet écran original en bois flotté signé L'Atelier du Bois Flotté, fait entrer l'extérieur à l'intérieur. 






 
 

 

L'illusion d'une séparation

Light Catcher de Roche Bobois 2016, a la fois luminaires et séparation (a gauche)

Tag(s) : #DECORATION

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :